14 visiteurs en ligne

289083 consultations
d'articles depuis
le 2 mars 2006
Syndiquer ce site (xml)Syndiquer ce site (rss)

Sciences & Nature sur votre téléphone
RUBRIQUES
A LA UNE
NATURE
ENERGIES
CLIMAT
SCIENCES
SANTÉ
POLITIQUE
LES REPORTAGES
MANIFESTATIONS
DES LIVRES
PHOTOS NATURE
FRÉQUENCE TERRE
RECHERCHE


3 mots clefs max
séparés d'un espace

Tous les Articles
Le Plan du Site
Sciences&Nature
L'ASSOCIATION
NEWS LETTER
CONTACT
LE FORUM DE S&N
Sur la Toile
La web-radio nature
Infos environnement, musiques du monde !

Ligue ROC
présidée par
Hubert Reeves

Préservation de la faune sauvage
et
Biodiversité 2007
Site citoyen pour la démocratie participative â l'initiative d'Hubert Reeves

Association de protection des espèces menacées

L'Annuaire
des Sites Nature
Tous les sites Nature

Demain la Terre
Demain, la Terre...

Info-Nature

logo lamoooche annuaire rss

Les articles sont libres d'accès mais sont protégés par les lois sur le Copyright.

Vous souhaitez être informé dès la publication de nouveaux articles ?

Inscrivez vous â la NEWS LETTER de Sciences&Nature.

16/01/2007 - El Niño : messager du réchauffement climatique.
Cet article a été consulté 1918 fois.
Hiver doux en Europe et sur la côte Est américaine, vague de froid sans précédent au centre des Etats-Unis et en Californie, ces anomalies climatiques inquiètent l'opinion publique. Mais quelles en sont les raisons et sont-elles un premier avertissement que nous adresserait la planète ?
La réponse â cette question se trouve vraisemblablement dans le phénomène climatique en cours actuellement dans le pacifique, El Niño.

Issu du mot espagnol à« l'enfant à» signifiant en l'occurrence à« l'Enfant du Christ à», ce phénomène est induit par l'apparition occasionnelle d'eaux chaudes dans l'Océan Pacifique, le long de la côte ouest américaine et Sud équatoriale. El Niño se produit approximativement tous les 2 â 7 ans, habituellement autour de Noâ«l, et dure habituellement de quelques semaines â quelques mois. Cette arrivée de courants chauds, qui se traduit par la raréfaction des poissons pélagiques, perturbe les vents (Alizés) qui naturellement poussent les eaux chaudes vers le pacifique Est, y provoquant le phénomène de Mousson bien connu. Le résultat d'El Niño dans ces régions du monde est une inversion des régimes climatiques, se traduisant par un air moite et chaud le long des littoraux du Pérou et de l'â‰quateur, responsable de fortes précipitations et d'inondations, et des hautes pressions menant â la sécheresse et parfois â de graves feux de brousse de l'autre coté du pacifique.

Et ce phénomène climatique aux conséquences catastrophiques n'est pas sans effet sur le reste du globe. La machine climatique est comme un puzzle dont les pièces n'auraient pas une forme et une place définitive. La corrélation entre l'apparition d'El Niño et des hivers doux en Europe a été clairement établie par Jâ¼rg Luterbacher, climatologue de l'Université de Berne en Suisse, qui a étudié les fluctuations du climat durant les 5 derniers siècles. Invariablement depuis plus d'un siècle, on observe des hivers doux lors de ces épisodes climatiques. Dernier hiver ainsi perturbé : 1997-1998, l'année 1998 enregistrant des records de chaleur.
Une corrélation qui explique les températures observées ces dernières semaines, mais qui doit pourtant nous alerter. En effet, dans ses conclusions sur les impacts régionaux de El Niño sur l'Europe et le bassin Méditerranéen, Jean-Louis RICARD de METEO-France relève que cette corrélation n'est pas statique, mais est en augmentation. En d'autre terme, El Niño influence de plus en plus fortement les climats européens. Il considère qu' à« il est possible que l'augmentation des corrélations entre l'ENSO (NDLR : El Niño Southern Oscillation) et l'Europe dans la seconde moitié du XXème siècle ne soit pas uniquement due â une intensification des événements ENSO .. /..(1) mais puisse être considérée comme une manifestation du changement climatique â l'échelle planétaire ../..(2) à».

Crédit : © Olivier FRIGOUT
Tempète Côtes Irlandaises

Cette déduction est le fruit d'une simulation de l'impact de l'ENSO sur l'Europe pendant l'hiver boréal dans deux cas de figures, se distinguant par un doublement de la concentration en gaz carbonique dans l'atmosphère. Les résultats semblent sans équivoque : Les effets d'El Niño sur l'Europe sont renforcés par le réchauffement climatique.
Cet hiver est donc exceptionnellement doux, mais cela ne doit pas occulter le fait que à« sur les 30 dernières années, les températures de l'hiver ont globalement augmenté d'une façon anormale par rapport au passé, sans qu'on puisse l'expliquer par les seuls phénomènes solaires ou volcaniques à», comme l'explique Jâ¼rg Luterbacher.
El Niño agirait donc comme un révélateur d'une évolution â la hausse des températures sur le globe. Une situation inhabituelle qui devrait perdurer pendant les trois prochains mois. à« Dans les années â venir, ces périodes de douceur vont devenir de plus en plus fréquentes et ne seront plus aussi exceptionnelles qu'elles peuvent l'être aujourd'hui à», estime Michel Schneider, ingénieur de Météo France, qui considère que cet hiver chaud est à« cohérent avec les effets attendus des rejets de gaz â effet de serre et accrédite la thèse du réchauffement climatique à».
Une évolution lente, même si elle apparaît dans ce cas comme spectaculaire, qui masque les risques de bouleversements majeurs et soudains que pourrait nous réserver le changement climatique avant la fin du siècle. Car n'oublions pas que le climat â l'échelle du globe, est un mécanisme évoluant par effets de seuil. Ainsi, comme l'Histoire de la Terre le montre, le climat peut changer radicalement en quelques dizaines d'années sur des zones immenses pouvant aller jusqu'â l'ensemble de la planète, et remettre en cause la survie de notre espèce. C'est cette incertitude, admise pas l'ensemble des spécialistes du climat, qu'il convient de garder en mémoire, en ces jours de tiédeur hivernale.

(1) à« comme suggéré par Moron and Ward à» Moron V. and M.N. Ward 1998 : à« ENSO teleconnections with climate variability in the European and African sector à», Weather, 53, 287-295.
(2) à« ainsi que cela a déjâ été récemment suggéré par Rodo et al à€œ Rodo X., E. Baert and F. Comin 1997 : à« Variations in seasonal rainfall in Southern Europe during the present century : relationships with the NAO and the ENSO à», Clim. Dyn., 13, 275-284.

Sources :
http://mediasfrance.org/Reseau/Lettre/12/fr/elnino/impacts_eur.html
http://www.lexpress.mu

                O. FRIGOUT

Il y a 1 commentaire pour cet article.

Commentaire de : christophe, posté le 06/09/2007 â 00:09:24
ses laite moi j'ai un hummer qui pollue

ROMAN S&N
PUBLICITÉ

Votre publicité ici ?

| HAUT | ACCUEIL | CONTACT | NEWS LETTER | CONTACT |
Copyright 2005 - 2008 sciencesetnature.org - Tout droit réservé