2 visiteurs en ligne

124293 consultations
d'articles depuis
le 2 mars 2006
Syndiquer ce site (xml)Syndiquer ce site (rss)

Sciences & Nature sur votre téléphone
RUBRIQUES
A LA UNE
NATURE
ENERGIES
CLIMAT
SCIENCES
SANTÉ
POLITIQUE
LES REPORTAGES
MANIFESTATIONS
DES LIVRES
PHOTOS NATURE
FRÉQUENCE TERRE
RECHERCHE


3 mots clefs max
séparés d'un espace

Tous les Articles
Le Plan du Site
Sciences&Nature
L'ASSOCIATION
NEWS LETTER
CONTACT
LE FORUM DE S&N
Sur la Toile
La web-radio nature
Infos environnement, musiques du monde !

Ligue ROC
présidée par
Hubert Reeves

Préservation de la faune sauvage
et
Biodiversité 2007
Site citoyen pour la démocratie participative â l'initiative d'Hubert Reeves

allié pour la planète

Association de protection des espèces menacées

L'Annuaire
des Sites Nature
Tous les sites Nature

Demain la Terre
Demain, la Terre...

Info-Nature

logo lamoooche annuaire rss

Les articles sont libres d'accès mais sont protégés par les lois sur le Copyright.

Vous souhaitez être informé dès la publication de nouveaux articles ?

Inscrivez vous â la NEWS LETTER de Sciences&Nature.

07/01/2007 - Volcans et climat : un nouvel outil d'étude de leur interaction.
Cet article a été consulté 1206 fois.
Une découverte scientifique va permettre d'en savoir plus sur l'histoire volcanique de la Terre et ses interactions avec le climat.
On sait que les éruptions volcaniques majeures ont un impact sur le climat.
Les cendres projetées dans la stratosphère (1), â plus de 17 kilomètres d'altitude, réduisent pendant des mois l'ensoleillement, refroidissant ainsi l'atmosphère. Un phénomène qui n'a pas lieu lorsque l'éruption est de faible intensité et que les poussières restent dans la troposphère.
L'histoire de la Terre est ponctuée d'éruptions, mais jusqu'â présent, il était impossible d'en estimer l'intensité sur les seules études des carottes de glace prélevées en Antarctique ou au Groenland.
En effet, rien ne permettait aux scientifiques de distinguer les cendres déposées suite â une violente mais lointaine éruption, d'une autre, bien plus faible, mais ayant eu lieu plus près. En étudiant les différentes formes de dépôt d'acide sulfuriques correspondants â des éruptions récentes et connues, les chercheurs du laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement (LGGE) (CNRS/Université Joseph Fourier) de Grenoble, en collaboration avec l'Université de Californie de San Diego, ont pu mettre en évidence une variation isotopique, permettant dorénavant de connaître le type d'éruption qui a engendré le dépôt sur la glace.
Le mécanisme est le suivant : l'éruption dégage du dioxyde de soufre, rapidement oxydé par l'atmosphère en acide sulfurique. L'atome de soufre, présent dans la molécule d'acide, revêt différentes formes isotopiques. Le soufre possède 16 protons associés â 16, 17, 18 ou 20 neutrons dans son noyau.

Crédit : © maximumwall.com

Le nombre de neutrons définit un isotope. Le soufre existe donc â l'état naturel sous 4 formes isotopiques dans une proportion bien connue. Cette proportion définit la composition isotopique. (2)
Si l'éruption volcanique est suffisamment violente, le nuage de poussières contenant l'acide sulfurique va atteindre la stratosphère, oâ le rayonnement UV n'a pas encore été réduit par la couche d'ozone. Ce rayonnement modifie alors la composition isotopique du soufre. La poussière finit par se redéposer et on la retrouve sous forme d'une mince couche dans les carottes de glace. Il suffit ensuite d'évaluer la composition isotopique du soufre dans le dépôt pour en déduire si l'éruption a été suffisamment puissante pour projeter son nuage dans la stratosphère et ainsi réduire la luminosité et donc la température de l'atmosphère.
Les glaces du continent Antarctique et du Groenland, qui ont la sensibilité requise pour dévoiler l'histoire du volcanisme terrestre depuis 100 000 ans, vont donc permettre dorénavant de déterminer avec certitude la nature stratosphérique ou non d'une éruption, offrant ainsi la possibilité de quantifier l'impact climatique du volcanisme.
Ces travaux rendent ainsi possible la détermination de la portée climatique d'une éruption â partir uniquement des enregistrements glaciaires et donc d'étendre cette étude â des périodes passées pour lesquelles aucune autre information précise sur les volcans n'était jusqu'alors disponible.

(1) Haute atmosphère dont l'altitude est supérieure â environ 17 km.
(2) La composition isotopique stable en soufre détermine la concentration relative des différents isotopes stables du soufre contenu dans la matière.

                O. FRIGOUT

Il y a aucun commentaire pour cet article.

ROMAN S&N
PUBLICITÉ

Votre publicité ici ?

| HAUT | ACCUEIL | CONTACT | NEWS LETTER | CONTACT |
Copyright 2005 - 2007 sciencesetnature.org - Tout droit réservé