2 visiteurs en ligne

124283 consultations
d'articles depuis
le 2 mars 2006
Syndiquer ce site (xml)Syndiquer ce site (rss)

Sciences & Nature sur votre téléphone
RUBRIQUES
A LA UNE
NATURE
ENERGIES
CLIMAT
SCIENCES
SANTÉ
POLITIQUE
LES REPORTAGES
MANIFESTATIONS
DES LIVRES
PHOTOS NATURE
FRÉQUENCE TERRE
RECHERCHE


3 mots clefs max
séparés d'un espace

Tous les Articles
Le Plan du Site
Sciences&Nature
L'ASSOCIATION
NEWS LETTER
CONTACT
LE FORUM DE S&N
Sur la Toile
La web-radio nature
Infos environnement, musiques du monde !

Ligue ROC
présidée par
Hubert Reeves

Préservation de la faune sauvage
et
Biodiversité 2007
Site citoyen pour la démocratie participative â l'initiative d'Hubert Reeves

allié pour la planète

Association de protection des espèces menacées

L'Annuaire
des Sites Nature
Tous les sites Nature

Demain la Terre
Demain, la Terre...

Info-Nature

logo lamoooche annuaire rss

Les articles sont libres d'accès mais sont protégés par les lois sur le Copyright.

Vous souhaitez être informé dès la publication de nouveaux articles ?

Inscrivez vous â la NEWS LETTER de Sciences&Nature.

19/02/2007 - OGM : le premier danger est le laxcisme des contrôles avant mise sur le marché.
Cet article a été consulté 816 fois.
Le reportage diffusé sur Canal + le 15 septembre 2005, intitulé à« OGM : L'étude qui accuse à» et qui est disponible sur internet, a scandalisé bon nombre d'entre-vous, et â juste titre. Mais il m'apparaît important de souligner que ce document éclaire, non pas le risque OGM, mais celui qui est consécutif â des comportements irresponsables, et peut-être criminels, imputables aux scientifiques non rigoureux, aux dirigeants peu scrupuleux, aux fonctionnaires laxistes, et aux politiques peu regardants, que les journalistes montrent du doigt tout au long de leur enquête.

En effet, sur des cas particuliers, des OGM de soja et de maïs de la firme Monsanto dont l'inocuité sur la santé est mise en doute, une généralisation est faite, ne serait-ce que par ce titre plutôt racoleur. Une généralisation qui masque finalement le fond du problème : la chaîne de décision qui conduit â la commercialisation d'un organisme génétiquement modifié est elle sâ»re ?
En 2006, la surface mondiale des cultures de plantes transgéniques atteint 102 millions d'hectares. Ces plantes ont la caractéristique de résister â leurs agresseurs naturels (virus, insectesà), ou encore d'être insensibles â un herbicide, ou bien de produire une molécule utilisée en pharmacologie. Certaines poussent malgré la sécheresse, la plupart ont des rendements supérieurs aux plantes non modifiées(1). Ces éléments, mis en relief par les menaces de famines qui sévissent ou vont sévir dans le Monde, font dire de cette technologie qu'elle est l'avenir de l'humanité.

D'un point de vue strictement scientifique, elle pourrait l'être si l'humanité était capable de ne pas mêler le profit et la standardisation, avatar de la mondialisation, â cette affaire.
En effet, les progrès immenses accomplis par la recherche dans ce domaine donnent aujourd'hui aux laboratoires la capacité non seulement d'ajouter un gène â une plante, mais d'en contrôler l'expression et d'évaluer les risques de l'utilisation de cette plante. Mais évaluer les risques est long et cher, et les firmes qui développent de nouveaux transgéniques ne sont pas philanthropes. Le reportage montre combien le profit peut conduire â la manipulation de données, et peut-être â la corruption de décisionnaires ou au chantage économique. Comportement d'autant plus absurde que, dans le climat actuel qui est plutôt au rejet de cette technologie, mettre un produit douteux sur le marché relève de l'erreur de communication caractérisée.

Crédit : © Canal +


Deuxième aspect du problème OGM, la standardisation.
Dans le même temps, on pousse les agriculteurs â utiliser ces semences, et on maintient, en France en particulier, une législation interdisant la commercialisation de variétés non enregistrées au catalogue officiel des semences. Les variétés anciennes, dont l'intérêt est d'être adaptables et de s'exprimer en fonction du terrain et du climat, sont, de ce fait, disqualifier et donc non enregistrables. Ainsi, on tend â réduire l'offre semencière aux seuls OGM, ce qui ne plaide pas non plus en leur faveur.
Mais alors que théoriquement, les risques liés â cette technologie sont d'autant plus faibles que des méthodologies d'évaluation, de surveillance, et de lutte contre la dissémination existent, dans la pratique, la façon dont l'industrie agroalimentaire utilise cette technologie, et la légèreté manifeste des services d'évaluation avant mise sur le marché, constituent une réelle menace.
Une menace que les politiques préfèrent visiblement ignorer, s'appuyant sur les rapports complaisants rendus pas leurs administrations.
Ainsi, le dossier OGM, par le manque d'honnêteté de ses différents acteurs, et â l'image des scandales de santé publique qui ont marqué les dernières décennies, repose l'éternelle question : le progrès scientifique est-il bon ou mauvais pour l'humanité ? Pour les responsables politiques, la réponse sera toujours la même : à« responsables, mais pas coupables à».

(1) Mais qui épuisent les sols.

Voir la vidéo

                O. FRIGOUT

Il y a aucun commentaire pour cet article.

ROMAN S&N
PUBLICITÉ

Votre publicité ici ?

| HAUT | ACCUEIL | CONTACT | NEWS LETTER | CONTACT |
Copyright 2005 - 2007 sciencesetnature.org - Tout droit réservé