14 visiteurs en ligne

289082 consultations
d'articles depuis
le 2 mars 2006
Syndiquer ce site (xml)Syndiquer ce site (rss)

Sciences & Nature sur votre téléphone
RUBRIQUES
A LA UNE
NATURE
ENERGIES
CLIMAT
SCIENCES
SANTÉ
POLITIQUE
LES REPORTAGES
MANIFESTATIONS
DES LIVRES
PHOTOS NATURE
FRÉQUENCE TERRE
RECHERCHE


3 mots clefs max
séparés d'un espace

Tous les Articles
Le Plan du Site
Sciences&Nature
L'ASSOCIATION
NEWS LETTER
CONTACT
LE FORUM DE S&N
Sur la Toile
La web-radio nature
Infos environnement, musiques du monde !

Ligue ROC
présidée par
Hubert Reeves

Préservation de la faune sauvage
et
Biodiversité 2007
Site citoyen pour la démocratie participative â l'initiative d'Hubert Reeves

Association de protection des espèces menacées

L'Annuaire
des Sites Nature
Tous les sites Nature

Demain la Terre
Demain, la Terre...

Info-Nature

logo lamoooche annuaire rss

Les articles sont libres d'accès mais sont protégés par les lois sur le Copyright.

Vous souhaitez être informé dès la publication de nouveaux articles ?

Inscrivez vous â la NEWS LETTER de Sciences&Nature.

15/01/2007 - Nucléaire - Sa relance est-elle possible ?
Cet article a été consulté 1836 fois.
La situation climatique commence â inquiéter l'opinion publique. S'appuyant sur l'absence de rejet de gaz â effet de serre de son industrie, l'énergie nucléaire refait surface dans les stratégies énergétiques de nombreux pays. Opportunisme, vraie solution de recours, lobbying, quelque que soit la réalité de ce retour en grâce auprès des politiques, de nombreuses questions restent posées sur son bien-fondé.

Pour mieux comprendre les enjeux, rappelons quelques chiffres.
La part nucléaire dans la production énergétique mondiale est de 6%. Elle est fournie par environ 500 réacteurs répartis sur l'ensemble du globe. Pour répondre â 50% de nos besoins, il faudrait mettre en place un parc de 6.000 réacteurs, qu'il faudra doubler dans 50 ans, alors que la demande aura atteint 24.000 GigaWatts.
Chaque réacteur produisant 200 kg de plutonium par an, l'industrie nucléaire aurait alors â traiter et â stocker 2400 tonnes de ce déchet hautement radioactif par an. Une gestion â haut risque et â long terme, puisqu'il suffit d'un millionième de gramme de Plutonium pour tuer un homme, et que la demi-vie de ce radionucléide est de 100.000 ans.
S'il on précise que sa masse critique est inférieure â 500 grammes, il est aisé d'imaginer les problèmes que poserait un tel parc de réacteurs. D'autant que les réserves mondiales d'Uranium 235 ne nous permettrons pas de les faire fonctionner au delâ de 2100.
Ces difficultés sont balayés par le lobby nucléaire qui rappelle que les surgénérateurs du type Superphénix fonctionnent avec de l'Uranium 238, bien plus abondant, et peuvent recycler le plutonium. Il faut hélas constaté qu'â l'image de l'EPR, nous ne construisons pour le moment que des réacteurs dits â neutrons lents, dont le combustible est l'uranium 235, et que les contraintes techniques qu'imposent la fiabilisation et la sécurité des surgénérateurs sont loin d'être levés. Fonctionnant â plus de 500 àC et étant refroidis par du Sodium liquide, ils laissent perplexes bon nombre de spécialistes de la question. Leur avènement ne pourrait toutefois pas nous garantir de l'énergie au delâ de 4 millénaires d'exploitation, l'Uranium 238 n'étant pas une ressource inépuisable.



Les deux derniers arguments des industriels sont le faible coâ»t et l'indépendance énergétique.
Le démantellement des centrales est au coeur de cette évaluation. EDF indique que ce surcoâ»t a été provisionné, sans préciser â quelle hauteur. En réalité, personne ne peut vraiment répondre â cette question, car nous manquons de recul. Mais l'immobilisation des installations le temps que baisse la radioactivité dans l'enceinte des réacteurs, les précautions â prendre et la gestion des produits du démantellement ne manqueront pas de faire monter l'addition.
Quant â la question de l'indépendance énergétique, elle prend une autre dimension lorsque l'on prend en compte la variable géopolitique sur 4000 ans d'exploitation et le fait que l'Union Européenne ne possède que 2% des ressources mondiales. En effet, rien ne garantie que les pays qui détiennent l'essentiel des ressources nous fourniront toujours dans 2 siècles, 2 millénaires, 3 millénairesàle combustibles dont nous avons besoin.
Pour tout observateur du secteur énergétique, il apparaît comme évident que le nucléaire n'est pas, â l'échelle de l'humanité, la solution d'avenir. Il pourra tout au moins nous permettre d'attendre que les énergies renouvelables prennent le relais des énergies fossiles. Et c'est bien ce qu'on compris â la fois les industriels de ce secteur et la recherche nucléaire. Les crédits alloués en France au développement du nucléaire sont 10 fois plus élevés que pour le renouvelable, ce qui explique peut-être que l'on présente aujourd'hui cette ressource comme la solution face au réchauffement climatique. Des moyens qu'il serait peut-être plus judicieux de placer dans les seules technologies qui ont un avenir : le solaire, l'éolien et la géothermie.

Retrouvez toutes ces données dans le dossier du mois de sciencesetnature.org

                O. FRIGOUT

Il y a aucun commentaire pour cet article.

ROMAN S&N
PUBLICITÉ

Votre publicité ici ?

| HAUT | ACCUEIL | CONTACT | NEWS LETTER | CONTACT |
Copyright 2005 - 2008 sciencesetnature.org - Tout droit réservé