18514
articles lus depuis
le 2 mars 2006
Syndiquer ce site (xml)Syndiquer ce site (rss)

Sciences & Nature sur votre téléphone
A LA UNE
RUBRIQUES
NATURE
ENERGIES
SCIENCES & SANTÉ
POLITIQUE
FRANCE
MONDE
LES DOSSIERS
MANIFESTATIONS
Reportages radio
Lectures
RECHERCHE


3 mots clefs max
séparés d'un espace

Le Plan du Site
Sciences&Nature
FORUM
NEWS LETTER
CONTACT
Sur la Toile
Devenez
Reporter Nature sur
Devenez chroniqueur Nature

La web-radio nature
Infos environnement, musiques du monde !

Ligue ROC
présidée par
Hubert Reeves

Préservation de la faune sauvage
et
Biodiversité 2007
Site citoyen pour la démocratie participative â l'initiative d'Hubert Reeves

Association de protection des espèces menacées

L'Annuaire des Sites Nature
Tous les sites Nature

Demain la Terre
Demain, la Terre...

Info-Nature

logo lamoooche annuaire rss

Les articles sont libres d'accès mais sont protégés par les lois sur le Copyright.
21/07/2006- O. FRIGOUT
Climat : état des lieux.

Cet article a été consulté 170 fois.
Le Journal du CNRS, dans son édition juillet/aoâ»t, présente une enquête sur les interactions entre les océans et le climat, donnant l'éclairage scientifique qui manque parfois aux débats sur une question majeure de ce début de troisième millénaire. Dix pages illustrées de photos, schémas et graphiques, qui permettent de mieux comprendre l'embarras des scientifiques et leur réticence â se montrer trop affirmatifs. Le titre des deux chapitres sont explicites : à« un casse-tête pour les scientifiques à» et à« le climat change, les océans en témoignent à».
Au fil des paragraphes, il apparaît en effet que le climat mondial est bien plus difficile â modéliser que l'on pourrait le croire, tant sont nombreuses les interactions qui le gouvernent. Seule certitude : les masses océaniques, qui couvrent 70% de la surface du globe, en sont le chef d'orchestre.
Lorsque l'on parle océan, la question qui nous brâ»le les lèvres concerne le Gulf Stream. Le rôle que joue ce courant chaud de surface qui remonte vers le Nord sur la modération de notre climat européen est suffisamment important pour que nous soyons attentifs â son sort. Rassurants, les scientifiques interpellés dans ce dossier expliquent que le Gulf Stream pourrait perdre 25% de son débit d'ici 2100, et que d'autre part, les à« Alizés à», ces vents qui poussent les masses d'eau vers le Sud, nécessitent et donc soutiennent un courant inverse : le Gulf Stream. Mais la prudence reste de mise, aucun scénario n'est exclu d'autant que la paléoclimatologie nous indique qu'une forte perturbation de ce courant s'est produite â deux reprises récemment, il y a 17.000 et 8.200 ans. Le problème est qu'un nouvel épisode marquerait ainsi le climat pour un cycle complet, soit 100.000 ans.
Autre acteur climatique abordé dans ce numéro estival : la banquise. Par son pouvoir réfléchissant, l'albédo, ces masses glacées renvoient 90% de l'énergie solaire vers l'espace et constituent un excellent isolant freinant les échanges calorifiques entre l'océan et l'atmosphère. Un à« climatiseur à» polaire qui pourrait bien, selon les prédictions actuelles, fondre complètement pendant l'été d'ici quelques décennies. La hausse des températures entraînerait une augmentation de l'évaporation, favorisant une couverture nuageuse et un accroissement de la pluviométrie en Arctique. Mais paradoxalement, les nuages ont aussi un fort pouvoir réfléchissantà et la vapeur d'eau est un gaz â effet de serre. On se perd alors en conjectures.
Autre incertitude : que va devenir le dioxyde de carbone piégé par les océans ? Les masses océaniques sont à« globalement à» un puit â carbone, oâ un tiers de ce que l'humanité produit chaque année (6 â 7 milliards de tonnes) est absorbé. L'ensemble des mers contient 39.000 milliards de tonnes de carbone, contre 600 milliards dans l'atmosphère et 610 dans la biosphère terrestre. Or, la solubilité du CO2 diminue lorsque la température de l'eau augmente. D'ici 2100, les océans devraient perdre le quart de cette capacité d'absorption du fait de leur réchauffement et d'une plus grande stratification, sous l'effet des apports d'eau douce, limitant les échanges entre les eaux de surface et les eaux profondes.

Crédit : © CNRS

Une stratification qui réduira aussi la à« remontée à» du CO2 présent dans les eaux froidesà
Un exemple qui nous montre encore combien aucune modélisation ne peut nous garantir une prédiction sâ»re. Par contre, l'acidification des océans observé depuis plusieurs années et consécutive â l'absorption du gaz carbonique met en péril les espèces planctoniques qui construisent leur exosquelette â partir d'ions carbonate. Et c'est toute la chaîne alimentaire du milieu marin qui est menacée.
Enfin, incontournable, la grande menace réelle ou supposée que représentent les hydrates de gaz ou hydrates de méthane. Lâ encore, action et rétroaction sèment le trouble. En effet, le réchauffement qui pourrait déstabiliser les hydrates conduirait dans le même temps â une augmentation du niveau des mers, et donc de la pression en profondeur, facteur de stabilisation des mêmes hydrates.
Clair et précis, ce dossier du journal du CNRS nous permet de mieux comprendre combien le climat global est difficile â appréhender et pourquoi les réponses de la science sont si hésitantes. Seule certitude, les mécanismes en jeu sont tout sauf linéaires, laissant craindre des bouleversements brutaux. La difficulté d'établir des modèles prévisionnels sâ»rs est aussi une mauvaise nouvelle, car non seulement nous ne savons pas oâ nous allons, mais il sera difficile de convaincre les responsables politiques et économiques, comme nos concitoyens, de l'impérieuse nécessité de changer nos comportements.

Le Journal du CNRS : Nà198-199 juillet/aoâ»t 2006

REVUE DE PRESSE
AFFICHER :
Les thons rouges de la Méditerranée ne seront pas mis en cages â Port-Vendres.
Mercredi 12 Juillet 2006.
Communiqué de la Ligue ROC.
Notre Ligue s'était manifestée auprès... Lire la suite.
Premier bilan de santé des oiseaux en France métropolitaine.
Mardi 11 Juillet 2006.
Le Muséum national d'Histoire naturelle et la Ligue pour la Protection... Lire la suite.
Deux tonnes d'ivoire.
Vendredi 7 juillet 2006.
C'est la saisie record réalisée â Taiwan par les douanes, soit 350... Lire la suite.
Assemblée Nationale : adoption du projet de loi sur l'eau
Mercredi 31 Mai 2006.
Les députés ont adopté mardi le projet de loi sur l'eau et les milieux... Lire la suite.
Le Yangtse gravement pollué
Mardi 30 Mai 2006.
La pollution du plus long fleuve de Chine et du troisième au monde, le... Lire la suite.
Le Lac Baïkal devrait être épargné.
Vendredi 26 Mai 2006.
L'unique espèce de phoques d'eau douce du monde du lac Baïkal voit... Lire la suite.
Gaucho : mise en examen de Syngenta
Mercredi 24 Mai 2006.
Le groupe suisse Syngenta, l'un des leaders mondiaux de... Lire la suite.
Les moineaux aussi disparaissent.
Mercredi 19 Avril 2006.
On savait les hirondelles menacées, mais les moineaux... Et pourtant,... Lire la suite.
Chikungunya : premier cas de contamination â Nîmes
Dimanche 02 Avril 2006.
C'est dans la région de Nîmes qu'a eu lieu le premier cas de... Lire la suite.
Alaska : Rupture d'un oléoduc.
Mardi 21 Mars 2006.
La rupture de l'oléoduc Transalaska a eu pour conséquence le déversement... Lire la suite.
L'ombre de l'or noir pèse de plus en plus sur le Baïkal.
Dimanche 12 Mars 2006.
Malgré les nombreuses craintes qu'avaient émises les écologistes et les... Lire la suite.
| HAUT | ACCUEIL | CONTACT | NEWS LETTER | CONTACT |
Copyright 2005 - 2006 sciencesetnature.org - Tout droit réservé